Une maman emprisonnée… pour avoir refusé le « Risperdal » pour sa fille

Christina England, 1er avril 2011.

Une maman de Détroit a été mise en prison cette semaine pour avoir tenté de se protéger et de protéger sa fille de la police et du CPS. (Child Protective Services – Services de Protection de l’Enfance)

Les problèmes de Maryanne Godboldo ont commencé quand sa fille de 13 ans a reçu les vaccinations obligatoires pour pouvoir fréquenter l’école publique.

Peu de temps après avoir été vaccinée, la fille de Madame Godboldo a manifesté des changements de comportement. Elle était très facilement irritée, elle souffrait de graves changements d’humeur et n’arrêtait pas de grimacer.

Inquiète des changements étranges survenus chez sa fille, elle décida de faire  appel au « Centre des Enfants » pour demander de l’aide. Le Centre lui recommanda de donner à sa fille le neuroleptique controversé Risperdal.

Au lieu d’améliorer le comportement de sa fille, ce médicament la rendit plus agressive et plus violente.

Déçue des résultats qu’elle obtenait, Madame Godboldo demanda conseil à un médecin holistique qui recommanda  de sevrer sa fille de ce médicament. En dépit de l’évolution positive et rapide de l’état de sa fille après qu’elle fut sevrée de cette médication, le CPS lui fait savoir qu’il se présenterait chez elle pour lui enlever sa fille.

Terrifiée à l’idée de perdre son enfant, Madame Godboldo se barricada, ainsi que sa fille à l’intérieur de la maison. Après s’être assurée que sa fille était bien en sécurité, Madame Godboldo s’empara d’un fusil et tira un coup en l’air, enjoignant la police et le CPS de se retirer. Un médiateur fut immédiatement dépêché sur place pour persuader la mère terrifiée de relâcher sa fille. Ce n’est qu’après avoir reçu la promesse que sa fille serait confiée à un parent et ne serait pas mise sous tutelle que Madame Godboldo accepta de relâcher sa fille. Madame Godboldo fut malgré tout arrêtée et mise en prison.

Les membres de la famille déclarent  qu’en dépit des promesses qui furent faites à la mère, sa fille fut malgré tout mise sous tutelle.

Madame Godboldo a  ultérieurement été remise en liberté avec une caution de 200.000 dollars. Malheureusement sa fille demeure sous la tutelle de l’Etat.

L’avocat de Madame Godboldo affirme :

Ma cliente n’a PAS tiré sur la police ; Les Services de Protection de la Jeunesse essayaient de forcer l’enfant à prendre un médicament dangereux, contre sa volonté.

Ceci est l’histoire d’une jeune adolescente en bonne santé qui a été mise sous tutelle à l’âge de 13 ans. Pour pouvoir fréquenter l’école publique, elle est forcée de recevoir vaccin sur vaccin. Après que sa fille ait souffert de graves réactions, la maman désespérée demande de l’aide. En lieu et place d’aide, on lui conseille de donner à sa fille un neuroleptique dangereux qui empoisonne sa fille. Désespérée, la maman continue ses recherches et demande d’autres avis. Dès que la condition de sa fille se fût améliorée, le CPS se présente et enlève l’enfant pour, sans aucun doute, pouvoir continuer le traitement….

(…)  Bien que Madame Godboldo ait pu réagir très fortement, il n’en demeure pas moins que tout ce qu’elle a fait pour protéger sa fille paraît totalement justifié. En tant que parents nous avons le droit et le devoir de faire tout ce qui est nécessaire pour le bien de nos enfants.

Quand des parents veulent éviter à leurs enfants  de subir les effets de médicaments dangereux, qu’ils perdent leur propre liberté, ainsi que leur enfant, ne peut-on pas penser qu’il s’agit là des signes d’un monde désaxé ?

http://vactruth.com/2011/04/01/mother-jailed-for-taking-vaccine-damaged-daughter-off-the-drug-risperdal/

 » Ce qui importe pour l’histoire, ce ne sont pas les « découvertes » de PASTEUR dont on sait qu’elles avaient pour la plupart été dérobées à des confrères, c’est la découverte de PASTEUR par des financiers très avisés, qui ont compris qu’ils pouvaient engranger des sommes gargantuesques en misant sur l’ignorance, la lâcheté, la peur du public et même l’amour de parents pour leurs enfants. La découverte de cette corne d’abondance, de cette mine inépuisable, alimentée par le marketing, la corruption, la sottise, et la complicité forcée de corporations sous la tutelle des Ordres et des Assurances.  Le paquet est si bien ficelé que seuls quelques pharmaciens, médecins, au risque de leur vie, de leur carrière, ont osé dénoncer le péché originel, l’erreur fondamentale et impardonnable de la médecine institutionnelle, le tout microbe, le tout virus, le tout vaccin. Nous fondons un grand espoir sur le web, tant qu’il ne sera pas contrôlé par l’immoralité financière. » (Dr Gilbert Crussol, Institut Antoine Béchamp). »

Disclaimer

Les textes qui sont présentés ci-dessus, leurs commentaires, les témoignages sont exclusivement destinés à l’information. Ils représentent les vues de leurs auteurs et n’engagent qu’eux seuls. Ces textes sont destinés à éveiller l’intérêt, la recherche et à entraîner le discernement ; chacun étant responsable d’examiner toute chose et d’en retenir ce qui est vrai et bon. Il incombe à tout un chacun de les utiliser comme il lui paraît le plus raisonnable et le plus utile. La désinformation étant une marque flagrante de notre époque, chacun est encouragé à approfondir par lui-même les sujets qui lui sont présentés par tous les moyens à sa disposition. Il est important que cette information soit soumise au médecin qui a la confiance du lecteur pour une évaluation et adaptation éventuelle à chaque cas. Ces informations ne sont nullement destinées à établir un diagnostic , à conseiller un traitement ou à prévenir quelque maladie que ce soit. Au cas où des personnes tenteraient de mettre en pratique les informations reprises ci-dessus sans l’avis d’un médecin, elles en prendraient l’entière responsabilité. Nous choisissons de ne rien censurer des informations qui pourraient éventuellement être biaisées, traditionnellement peu acceptables ou choquantes pour certaines personnes fragiles auxquelles nous déconseillons la lecture de ce document. L’entière responsabilité de ces extraits appartient à leurs seuls auteurs.

Pas encore de commentaires.

Laisser un commentaire

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.