HILLARY CLINTON ET KATHLEEN SEBELIUS PRESENTENT LEURS EXCUSES POUR L’EXPERIMENTATION SUR LA SYPHILIS AU GUATEMALA

Christina England

Vactruth.com

01.10.2010

Aujourd’hui enfin deux des femmes politiques les plus illustres des Etats-Unis présentent leurs excuses pour l’une des expériences parmi les plus cruelles et les plus ignobles jamais réalisées sur l’homme. Mais, tenez-vous bien, il a fallu sept décennies pour que la chose se produise enfin. L’expérimentation qui a été effectuée dans les années 1940 a consisté à inoculer de manière délibérée et barbare la syphilis potentiellement mortelle à des prisonniers, des soldats et des malades mentaux (plus ou moins 1500 hommes) sans leur permission et sans qu’ils soient au courant de ce qui se passait. Il s’agit ici d’un des actes les plus cruels et les plus barbares qu’une autorité ait infligé à l’homme.

C’est Susan Reverby, professeur au Wellesley College (Women’s Studies) qui a fait la découverte de cette expérimentation. Reverby explique que le «projet d’inoculation de la  syphilis» a été co-sponsorisé par les Services Américains de Santé Publique ( Public Health Service, PHS), les Instituts Nationaux de Santé, le Bureau Sanitaire Pan Américain de la Santé et le gouvernement du Guatémala.

Le médecin qui a dirigé ce programme, John C. Cutler (PHS), avait aussi été impliqué dans l’infâme étude « Tuskegee » sur la syphilis au cours de laquelle des centaines d’hommes Afro-Américains d’Alabama déjà infectés avaient été laissés sans traitement pendant 40 ans alors que les médecins observaient les effets de la maladie. Le projet Guatémala a porté sur 696 personnes. On pense que ces hommes ont été traités au moyen de pénicilline, mais il n’est pas clair que leur traitement ait été adéquat et on ne sait pas ce qu’il est advenu de ces personnes.

La syphilis est une maladie terriblement douloureuse ; elle peut aussi entraîner la mort. Elle est causée par la bactérie Treponema pallidum. A ses débuts, la maladie ne présente pratiquement pas de symptômes. Si la maladie n’est pas traitée, elle peut évoluer et affecter l’entièreté du corps. Elle évolue en trois phases avec des symptômes qui peuvent varier d’une personne à l’autre. C’est avec cette maladie que l’on a volontairement contaminé ces hommes.

Dans le document qu’elle a rédigé sur ces expérimentations, Susan Reverby écrit :

«  Les médecins ont utilisé des prostituées malades pour contaminer les prisonniers…Ils ont également pratiqué des inoculations directes réalisées à partir de bactéries de la syphilis et injectées dans le pénis des hommes, dans les avant-bras… ou dans certains cas au moyen d’injections au niveau de la colonne vertébrale. »

Le Washington Post du 1er octobre 2010 reprend les propos de Suzan Reverby :

« Je suis presque tombée de ma chaise quand j’ai commencé à lire ces choses…Pouvez-vous vous imaginer ? Je n’arrivais pas à y croire. » http://www.washingtonpost.com/wp-dyn/content/article/2010/10/01/AR2010100104457.html

Dans son article du 1.10.2010, le Washington Post publie les excuses présentées par les Etats-Unis au peuple Guatémaltèque dont voici un extrait :

« Bien que ces événements se soient produits il y a plus de 64 ans, nous sommes indignés que pareille recherche répréhensible ait pu se produire sous le couvert de Santé Publique ont déclaré Hillary Rodham Clinton et Kathleen Sebelius en présentant leurs excuses pour pareilles expérimentations. Nous regrettons profondément ce qui s’est passé et nous nous excusons auprès de toutes les personnes que pareilles pratiques odieuses ont pu affecter. »

Vactruth commente :

Très noble déclaration évidemment ! Mais si Susan Reverby n’avait pas découvert cette recherche effroyable, peut-on croire que ces excuses auraient jamais été présentées ? Il y a à parier que non. Tout juste comme aucune excuse n’a été présentée à toutes les jeunes filles qui ont servi de cobayes pour les essais du vaccin HPV ( http://www.americanchronicle.com/articles/view/108773).

Ce n’est que quand de nombreuses années se sont écoulées, quand les gens sont morts et enterrés que les excuses – aussi nobles soient-elles – sont présentées.

Le gouvernement Américain semble oublier que ces expérimentations ont été pratiquées sur des pères, des oncles, des frères, des grand pères et des fils. On a volé à ces personnes leurs droits civils, leur dignité humaine dans des expériences écoeurantes. Pourquoi ? Parce qu’ils avaient le pouvoir de les entreprendre !

http://vactruth.com/2010/10/01/hillary-clinton-and-kathleen-sebelius-apologize-for-guatemalan-syphilis-experiment/

http://www.washingtonpost.com/wp-dyn/content/article/2010/10/01/AR2010100104457.html

Tags: , , , , , , , ,

Une Réponse pour “HILLARY CLINTON ET KATHLEEN SEBELIUS PRESENTENT LEURS EXCUSES POUR L’EXPERIMENTATION SUR LA SYPHILIS AU GUATEMALA”

  1. pierrequiroule* 25 février 2011 à 21 h 28 min #

    excuses à cause de révélations… mais depuis ces temps, les usa n’ont jamais cessé l’expérimentation inhumaine… ses études sur les sciences humaines, la guerre du silence… et je ne vous apprendrai pas tout ce que vous savez sur la nature de leurs armes testées grandeur nature à chaque conllit que ces charmants américains initient….

Laisser un commentaire